Mise à jour : 04/04/2019

Consulter les dates à retenir

Editorial

Oser la joie pascale

« Ne vaudrait-il pas mieux que vous utilisiez le mot bonheur plutôt que le mot joie …Non ! Vous savez : la joie a une connotation trop chrétienne… » Ce souhait qu’on m’a soufflé à l’oreille alors que je devais témoigner devant une assemblée de futurs enseignants, je ne suis pas près de l’oublier. Son auteur, une amie de longue date, toujours très directe mais loin d’être malintentionnée, n’a sans doute pas mesuré l’effet qu’allait produire ses paroles chez moi. Je me sentais bousculé, presque révolté par cette façon dangereuse de cataloguer, d’étiqueter, d’enfermer non seulement les gens, mais les mots même. A quel titre le terme « joie » serait-il réservé aux seuls chrétiens ?
Et voilà que je découvre, quelques jours après, l’exhortation apostolique du Pape François « La joie de l’Evangile ». Les premières lignes du texte ont résonné en moi avec un écho particulier…Ecoutons plutôt : « La joie de l’Evangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus….Avec Jésus-Christ la joie naît et renaît toujours. ». Le fameux intervenant que j’évoquais tout à l’heure avait donc bien raison, non pas en me conseillant de préférer le mot « bonheur », mais en voyant dans l’évocation de la joie une tonalité religieuse. Oui la joie est le signe distinctif de croyant.
On devrait ainsi reconnaître ceux qui croient, non au nombre de médailles et de petites croix qui pendent à leur cou ou au seul chapelet qu’ils sortent de leur poche dès qu’ils entrent dans une église, mais à la joie qui illumine leur regard. Cette joie qui se nourrit de la confiance, cette joie qui vit de l’Espérance, cette joie qui cohabite parfois avec la souffrance et l’épreuve, cette joie qui se frotte aux difficultés de la vie. C’est la joie de se savoir aimés, en toutes circonstances. Oui, c’est bien de là que vient la joie, la « douce joie de l’amour de Dieu » comme l’écrit le Pape François.
Soyons fiers de cette joie. Ne soyons donc pas des croyants tristes, désenchantés. « Il y a des chrétiens qui semblent avoir une mine de Carême toute l’année !... Auraient-ils oublié Pâques ? » Aucune lueur d’espérance dans leur regard, aucun signe de sérénité dans leur attitude. Ce sourire à nos lèvres, cette lumière dans nos yeux parlent de Dieu, mieux que toutes les belles paroles. Ils sont le signe authentique de notre paix intérieure, de notre confiance, de notre amour.
Notre joie est la plus belle façon d’évangéliser, de dire la Bonne Nouvelle du Ressuscité. Alors…Pâques n’est plus très loin ! Osons la joie !


Marcel IMBS
 
 

Dates à retenir



Samedi 6 avril à Neunkirch
de 9h00 à 15h30 salle des pèlerins : temps fort 2ème année de catéchèse

Jeudi 25 avril à Friesenheim
à 20h00 à l’église : répétition avec toutes les chorales de la communauté

Vendredi 26 avril à Rhinau
à 18h30 à l’église: célébration du sacrement de réconciliation/1er Pardon
   
Samedi 27 avril à Rhinau
à 9h30 à l’église: célébration du sacrement de réconciliation/1er Pardon
à 17h00 à la salle St Michel : rencontre Eveil à la foi



À la prochaine rentrée, les enfants scolarisés en primaire vont pouvoir démarrer un cheminement de catéchèse.
Cliquez pour plus d'information



Pèlerinage Notre Dame de Neunkirch

Messe tous les jours à 8h
Sacrement du pardon : tous les jours de 8h30 à 12h et de 14h à 19h
Messe dominicale :   8h – 10h – 17h
Célébration mariale: dimanche à 15h